mercredi, février 24 2010

Brunch

Brunch au soleil, Berlin, mai 2008

Y’a des jours comme ça où j’ai juste envie de passer du bon temps autour d’une table avec mes amis. Quand ça me prend en plein milieu de la semaine, je démarre la journée doucement avec un thé à la vanille et un peu de musique.

Mais ne le dites pas à mon double sauvage, ou il va me souffler dans les Brunch.

mercredi, février 17 2010

Seasonal Affective Disorder

Chien reniflant la neige, Berlin, janvier 2010

Ici, la pluie tombe maintenant sur la neige sale. Au lieu de nettoyer les rues elle gèle et forme une carapace luisante. On glisse, on se ramasse. On se pète le dos aussi, parce que pour une fois on ne regardait pas tout à fait ses pieds. Les trains sifflent quand ils démarrent, et leurs vitres crasseuses empêchent la lumière de passer.

Là-bas il neige aussi, au milieu du bruit, mais ça ne tient pas tellement. La chaleur humaine, probablement. Un lapin Nabaztag égrène joyeusement les heures en remuant les oreilles et on met des bouts de vie en carton. Plus loin encore, il fait dix degrés, c’est presque l’été.

Ici il fait froid. Un rayon de lune perce brièvement les nuages. La nuit tombe. Un ange passe.

Seasonal Affective Disorder

mercredi, février 10 2010

L'école du hamburger

Porte de Brandebourg, Berlin, janvier 2009

Voilà le second volet de ma série Teutonique des plaques commencée en octobre. Histoire de montrer que la musique allemande ne se résume pas à Rammstein, Oomph! et Tokio Hotel, on va s’écouter un peu d’indie-pop cette semaine. Les germanophones apprécieront certains des textes, les autres pourront, avec un peu de chance, mettre quelques préjugés au placard.

Tous les groupes qui suivent sont associés de près ou de loin à l‘école de Hambourg, qui est constituée d’un nuage d’artistes indépendants chantant en allemand. Ce mouvement informel est né dans les années 80 et continue de donner des coups de pieds dans la fourmilière musicale outre Rhin. C’est un peu intello, un peu bobo de gauche, complètement indie, et pas toujours de Hambourg. Beaucoup sont ou ont été publiés sur le label allemand L’âge d’Or, mais on s’en fiche un peu.

Genießt die Musik! La teutonique des plaques - Die Hamburger Schule

Laß uns nicht von Sex reden
Du siehst ja, ich weiß gar nicht wie das geht
Ich liebe Dich
Am liebsten nackt

mercredi, février 3 2010

No rest for the wicked

Bungarus Flaviceps, Parc national de Khao Sok, Thaïlande, octobre 2009

– Oh regarde, une luciole !
– Ça change des sangsues. On l’appelle comment ? Bob ?
– Ah non pas Bob, c’est un nom de chèvre.
– Ed ! Ed la LED !
– La DEL.
– Ah non pas de marque hein !
– Tsk, Diode Electro-Luminescente. Donc Adèle plutôt.
– Ah oui c’est joli Adèle
– Sauf qu’elle est encore en vie.
– Et ?
– Et elle est morte Adèle, voyons !
– La vache !…
– Ouais…
– Celle-là même en cherchant bien, elle est pas blogable.
– Chiche.

Moralité même la nuit en plein milieu de la jungle je fais des blagues de merde et je relève des défis. No rest for the wicked.