Diagonales perdues

Pensées éthérées, réalité déformée et petits instants de gaîté

mercredi, décembre 9 2009

La domination masculine

Gravures sur un mur de l'Alhambra, Grenade, juillet 2008

Un samedi, en attendant que Paris s’éveille (vers midi généralement), je suis allé voir La domination masculine. Je n’avais aucune idée du thème et vu l’affiche, je m’attendais à un film français un poil potache. En fait, c’est un documentaire féministe : première excellente surprise.

Le féminisme est très difficile à aborder, quelle que soit la forme, tellement il génère des réactions épidermiques. La seconde surprise donc, c’est que, contrairement à pas mal de gens dont j’ai pu lire les réactions depuis, je trouve que le documentaire s’en sort très bien et aborde les choses assez intelligemment.

Tout commence dans une clinique où l’on pratique des opérations d’élargissement du pénis. D’entrée, pas question d’oppression des femmes ou d’inégalité, on montre les ravages psychologiques qu’entraine le culte de la masculinité, par la présupposée domination induite par le fait d’avoir un appendice externe. On montre des hommes qui sont soumis à la domination masculine, et ça me semble très intéressant d’inclure ça dans la thématique féministe. Histoire de bien montrer que le féminisme, ce n’est pas donner un pénis aux femmes ou les transformer en hommes, mais apaiser les relations homme/femme en démontant un à un les mécanismes qui conduisent aux comportements sexistes.

Ainsi accroché, j’ai vraiment apprécié que le documentaire se penche ensuite sur la réflexion féministe au Québec. On nous montre un groupe relativement hétérogène, sans pour autant tomber dans le cliché. Tous les âges sont là et un homme participe à la réflexion ; c’est probablement naïf de ma part, mais je trouve ça encourageant. Les anecdotes sont touchantes et loin de tout pathos. “- Pourquoi vous êtes devenue féministe ? - Parce que je voulais jouer au Hockey et qu’on me l’interdisait”. On met le doigt sur des problèmes quotidiens, on n’est pas sur des grandes causes mais sur un truc palpable. Je n’ai rien contre les grandes causes, ne me comprenez pas de travers, mais les petits combats me semblent au moins aussi importants pour faire bouger les mentalités, surtout aujourd’hui.

De manière générale, le discours général est frais. Pas de longue diatribe, mais une multitude de questions et de pistes de réponse et de réflexion. Comment la société, l’éducation, l’inconscient collectif minent-ils la situation. Le féminisme actuel est-il excessif, extrême, contre-productif ? (en un mot comme en cent : non). Pourquoi le terme féminisme est-il considéré comme un gros mot ?

Evidemment, on n’échappe pas à deux trois thématiques éculées ; en particulier les jouets de noël. Mais pour qui sont-elles éculées au juste ? Pour moi c’est une étape dans la réflexion féministe, une espèce de déclencheur. C’est donc assez logique que ça soit abordé dans un docu comme celui-là. Là ou en plus c’est finement fait, c’est que tout est montré à travers le discours d’un vendeur. Il n’est pas moqué un instant et il est plutôt sympatique, mais ses explications illustrent à merveille à quel point les archétypes ont la vie dure, même après des années de féminisme.

Ensuite, certes, la thématique de la violence conjugale prend beaucoup de place. Un peu trop à mon goût, mais je comprends le choix qui a été fait et l’impact que cela peu avoir sur une partie du public. Sensationalisme des images mis à part (je me serais vraiment passé des gros plans sur les blessures), une bonne partie du discours permet d’aborder bien plus que la simple violence. Et encore une fois, on fait parler un homme et on illustre une fois de plus comment le féminisme permet de faire avancer tout le monde sans distinction.

Enfin, certains pensent qu’il est ridicule d’aborder le masculinisme au Québec : c’est un mouvement négligeable, on s’étend sur un fait divers, ça n’a aucun sens. Et cette réaction me gonfle profondément ; si un nombre de personnes, aussi restreint soit-il, exprime ouvertement des idées nauséabondes, un nombre bien moins négligeable de personnes assimile et accepte tout ou partie de ce discours sans nécessairement le clamer sur les toits. C’est également très bien illustré dans le documentaire, et de façon relativement habile.

Alors bien sûr, on est en face d’un documentaire engagé. Et tant mieux ! On en est à un point où il faut faire renaitre le débat, et un débat où tout le monde est modéré et plutôt d’accord avec l’autre ne fait avancer personne. Mais sincèrement, c’est pas du Michael Moore. Pendant une grosse heure et demie, j’ai été confronté à des questions et réflexions que j’entends tous les jours, y compris dans ma propre famille, et auxquelles j’essaie de répondre systématiquement (et ça n’est pas simple). Et pendant une grosse heure et demie, on m’a donné des éléments de réponse et d’argumentation intelligents. Pas du tout cuit, pas du pré-digéré, mais des pistes structurées. De quoi vous équiper pour casser la lame de fond, tenter d’empêcher tout le monde de rétrograder sous prétexte qu’on serait allé trop loin.

Inutile de préciser que je recommande à tout le monde de foncer aller le voir avant qu’il ne disparaisse de l’affiche. Tout n’est pas parfait bien entendu, mais ça me semble malgré tout une excellente entrée en matière pour tous les gens qui se demandent quel peut encore être l’intérêt du féminisme aujourd’hui.

mercredi, décembre 2 2009

Nous n'avons fait que fuir

Il faudra qu’on t’enseigne l’esquive frontale,
Une muleta blême,
Qui se rêve immobile.
Qu’est-ce qu’y a, tu dis rien ? Tu as perdu ta langue ? Bah ouais…

T’es figé, les yeux dans le vague, l’air sérieux,
Et la mine lasse de tracer son chemin casse sur les carreaux de ta feuille.
T’es plongé sous des hectolitres d’eau glacée,
Ton coeur ne bat plus vraiment, il palpite et s’emballe et s’arrête et reprend.
T’es terrorisé par les silences, et tu attends que ta vie commence,
Et reprenne sa courbe d’antan

Et c’est au ralenti,
Que le défilé coule,
Et se répand aux quatre coins de l’écran,
C’est entre parenthèse, dans un temps qui n’existe pas

Tu brûles les étapes, pris d’une fiévreuse euphorie.
Ton sang s’arrête au pied des murs infranchissables de ta raison.
Tu décolles et retombe et le vent te porte à croire que ces fissures,
Fêlures, félonnes ne laissent passer aucune lumière.
Tu ravales ta fierté, elle a du mal à passer, dégager,
Elle te marque de sa main de maître et t’enchaîne à ton piquet.

On le sait , on le sait,
On le sait qu’il suffit d’un rayon de soleil,
On le sait qu’il suffit qu’un rien de soleil se pose au bon endroit,
Sur ce balcon foutoir

Mettre en musique toutes ces idées colorées,
Enrayer rageusement la machine à pensées,
Gratter, gratter, tenter sa chance que diable!
Avancer, à reculons, net progrès, formidable,
Essayer encore de respirer normalement
Fragrances entêtantes, magie de l’instant
Raz-de-marée de sentiments
Et sans calendrier, aller de l’avant.

Nous n’avons fait que fuir, nous cogner dans les angles,
Nous n’avons fait que fuir,
Et sur la longue route,
Des chiens resplendissants deviennent nos alliés #

samedi, novembre 28 2009

Nothing can stop me now

Budapest, janvier 2008

– Bon alors, ca donne quoi ce test d’intrusion ?
Je me demande si…
Nan là c’est un peu too much peut-être
Que ferait Barney ?
Ouais non j’ai pas de scaphandre.
– Ben sans surprise, votre site est tout pourri
– Oh ben vous on peut dire que vous êtes direct !
Ça veut dire quoi exactement “bientôt” ?
Étymologiquement parlant s’entend.
Genre 5 heures du matin ? Tu m’étonnes que je dorme pas.
– Oui excusez-moi, c’est pas ce que je voulais dire
C’était un peu trop frontal comme proposition non ?
La vache t’as bafouillé comme un gros teubé un peu
Ça se fait trop pas de couper la parole
C’était censé vouloir dire quelque chose ça ?
– Non mais c’est bien parfois la franchise, ca change.
Attention à force de sous-entendre tu vas finir sourd.
T’as pensé à lever les bras et crier à l’aide ?
Allez quoi, c’est pas le bout du monde quoi.
Bon enfin vas pas te rendre malade non plus.
– C’est vrai vous aimez ?
– J’aime bien oui.
Soyons désinvoltes.
N’ayons l’air de rien.

vendredi, novembre 27 2009

You can be such a tool sometimes

Plage de Trouville, août 2009

Alors donc c’est l’histoire d’un sauvage qui a redécouvert des albums l’année dernière. Les lecteurs attentifs savent lesquels, j’arrête pas d’en citer des bouts. Bon et dans le lot, y’en a un qui fait référence à un certain nombre de jours. Voilà, celui-là. Je me suis latéralement fait quelques aenemis quand j’ai évoqué la possibilité que ca soit l’album du siècle, mais les arguments de la partie adverse m’ont emporté comme une lame de fond depuis.

Bon bref, tout ça pour dire que depuis la résurrection de cet album là dans ma playlist, je me suis mis frénétiquement à compter les jours qui me séparaient de tout et de rien. Les secondes aussi, des fois. Et, plus grave encore, j’ai même créé des scripts python et des alertes dans mon agenda électronique pour ne pas oublier certaines dates marrantes ou marquantes. Comme celle d’aujourd’hui (un cookie à celui ou celle qui trouve).

Évidemment j’avais oublié les rappels SMS à 5 heures du matin.
Évidemment j’avais laissé mon téléphone allumé.
Évidemment ça m’a moyennement fait rire.

Alors je l’ai blogué.
Non mais.

jeudi, novembre 26 2009

Cogito Argot Sum

Coq, Rheinfelden - Herten, Allemagne, juillet 2009

[Certains se sont sentis trahis par la tournure linguistique d’hier. Dont acte.]

– Sauvage, t’as une binette à caler les roues d’un corbillard ce matin.
– À ce point là ? Tu serais pas encore en train de cherrer dans le mastic toi des fois ?
– Nan je te jure, t’as les yeux bordés d’anchois et t’es coiffé à la va comme je te pousse.
– Bon ok je suis un peu dans la résine, mais sa race je me lève quoi !
– Bah, tu sais bien que je suis vicieux comme un cheval borgne, vas pas le prendre de travers non plus.
– Allez je m’doute bien qu’j’ai pas l’air frais ; j’te fais marcher, cresson de pisson.
– Un coup de flotte et tout sera aux petits oignons mon rupin.
– Voilà qu’il me passe la main dans le dos maintenant. Tu me prends vraiment pour un lapin de six semaines…
– Loin de moi l’idée. Cela dit, tu pourrais m’avancer ? Je suis en galère de thunes.
– Même pas en rêve. Bon allez je file, je suis à la bourre encore.
– Déconne pas, je fais comment moi si je veux m’en jeter un petit?
– Tu fais pas, t’as plus qu’à compter les clous de la porte en attendant ce soir. Allez salut!

mardi, novembre 24 2009

Fous ta cagoule

Camera de vidéo-surveillance, Bundestag, Berlin, avril 2009

L’avantage d’être en mission en Suisse, c’est qu’on capte la radio française. Ça me permet de rester un poil au fait de ce qui se passe, notamment dans nos banlieues. Aujourd’hui donc, on pouvait entendre notre représentant suprême parler de non régularisation de sans-papiers, de délinquants (non élus) roulant dans de grosses voitures avec des trucs bling bling, et d’un sujet cher à son compagnon de route Brice : la vidéo-surveillance.

Outre les arguments divers et variés déjà entendus et contrés intelligemment mille fois (on peut avertir un homme mille fois, mais on ne peut pas avertir mille fois…), il y avait de la nouveauté : président agacé, courroucé, tout rouge, a déclaré qu’il en avait assez qu’on méprise et tape sur les fonctionnaires (ceux-là mêmes qui manifestaient contre son gouvernement à quelques rues de là. *douce ironie*), et que tous les inconscients qui s’opposaient encore aux caméras de surveillance iraient expliquer aux profs maltraités comment une bande cagoulée peut rester impunie.

Hein comment ? Les caméras sont indispensables, sinon des gens cagoulés peuvent agir en toute impunité. Là, j’ai eu un moment de doute. J’avais très probablement mal entendu. Heureusement j’étais sur France Info, et j’ai pu réécouter ca pénard au feu suivant.

Eh bien figurez-vous, j’avais bien ouï. Contrairement à ce que vous pourriez penser, bande d’oisifs qui chaque jour sur Internet vous emparez d’une nouvelle affaire Dreyfus, mettre des caméras partout va inciter les délinquants à ôter leur cagoule. D’ailleurs presque plus personne ne se risque à la porter depuis qu’il y a un décret l’interdisant pendant une manifestation. Comme quoi voyez, nos politiques ont de la suite dans les idées.

Bref, frappé par le génie de la tournure, j’ai moi-même pensé à étendre le concept. Voyez donc :

  • Il faut mettre des consoles de jeu à disposition dans tous les CDI, afin d’inciter les collégiens à lire d’avantage.
  • Il faut distribuer plus de sucreries chez les dentistes, pour que les gens aient moins de caries.
  • Il faut supprimer toute référence à l’éducation sexuelle au collège pour que nos adolescents comprennent mieux la sexualité
  • Il faut installer plus de centrales à charbon sur le territoire pour aider à lutter contre le réchauffement climatique
  • Il faut supprimer toutes les élections au suffrage universel pour renforcer la démocratie
  • Il faut afficher des avertissements et des menaces de poursuite au début de chaque DVD acheté légalement afin de bien faire comprendre à leur possesseur que le téléchargement tue l’industrie du disque.
  • Il faut remettre du plomb dans toutes les peintures pour réduire les risques de saturnisme
  • Il faut instaurer une taxe sur tous les véhicules non-polluant pour favoriser le développement des énergies vertes

Des fois je me dis que je préfèrerais être complètement con.
Ou alors habiter dans un pays où je ne comprends rien à ce que les gens disent.

lundi, octobre 5 2009

Chroniques de l'inculture

Forêt noire dans la brume, Allemagne, septembre 2009

- Quoi tu sais pas ce que c’est qu’un Rancor ?! (G., 8 ans)

Non. De même que, bien qu’ayant vu les épisodes 4,5,6 de Star Wars au moins trois fois chacun, je ne trouve toujours pas Leia sexy. Padmé Amidala en revanche, je ne dis pas. Surtout quand elle est déguisée en Fremen sur Tatooine.

- Impossible, tu connais pas TTC ?! (C., 24 ans)

Nan j’en ai jamais acheté, je peux t’en taxer ? Bon mais des fois j’écoute de la musique de rebelle hein, t’inquiète. Tiens hier encore j’ai passé du Tchaïkovski à fond, ça a pas mal calmé mon voisin dans le métro, j’ai bien rigolé. Du coup après il a mis les filles adorent sur son téléphone pour se venger. J’ai trouvé ca mesquin mais je lui ai dit lol.

- Hein t’as pas vu 2001 l’odysée de l’espace ?! (F., 21 ans et des poussières d’étoile)

Alors non, mais c’est pas faute d’avoir essayé. Je me souviens qu’il est passé à la télé en 1997, mais je devais réviser mon bac. Après en 2001 il était sur toutes les chaines, évidemment, mais par pur esprit de contradiction j’ai préféré regarder un documentaire sur mai 68. Ah et bien sûr en 2009 j’avais résolu d’enfin combler mes lacunes, mais après deux Fritz Lang et un demi Fassbinder j’ai décidé que finalement, jouer à la xbox c’était bien aussi.

- Attends tu connais qu’une seule chanson d’Elvis Costello ?! (E., 30 ans)

Ouais mais elle fait plus de six minutes alors ca va. Et puis quoi, y’a pas de honte, la plupart des artistes ne font qu’une chanson dans leur vie, si tu réfléchis bien. Regarde, Robert Miles, Babylon Zoo, Brassens, Vincent Delerm… Y’a que les très très grands qui peuvent se permettre de faire un album entier. Genre The Cure tu vois. Ou Bananarama.

- Me dis pas que tu n’as pas vu Apocalypse Now ?! (Anonyme)

Ben les films de guerre c’est pas trop mon truc. J’ai pas vu le pont de la rivière Kwai non plus. Mais c’est pas très drôle ces films là, y’a tout le temps des gens qui meurent en écoutant des chansons des Doors. Et des militaires gradés qui font genre ils sont cultivés parce qu’ils connaissent un bout d’opéra de Wagner. Bon enfin j’ai quand même vu deux trois classiques hein. Genre Tropic Thunder. Et Bride Wars, évidemment.

jeudi, octobre 1 2009

Trans Walldorf Express

Birdy Nam Nam, Rock en Seine, Saint-Cloud, août 2009

Un appareil photo à la main et un gros sac sur le dos, il trace son chemin dans les petites rues. Juste après avoir dépassé le parvis de l’église, les gens le regardent d’un air étonné. Ils se demandent probablement pourquoi le photographe porte un costume en pleine semaine. Les mariés doivent être des gens étranges.

Il presse un peu le pas, histoire d’arriver avant qu’il ne fasse complètement nuit. Il rentre les épaules et baisse encore un peu la tête, et il n’y a plus que les phares des voitures sur sa chemise blanche pour lui éviter de se fondre complètement avec le trottoir.

- Tu marches drôlement vite, j’ai du mal à suivre

La musique déborde de son casque et éclabousse les passants. Il relève un peu la tête.

- Hi hi hi
- Qu’est-ce qu’il y a ?
- C’est rigolo, tu danses.
- Hein ?
- Ben oui regarde, tu tords les fesses en rythme, et tu dodelines la tête.
- Mais pas du tout, je marche vite c’est tout !
- T’écoutes quoi là ?

Il sort son iPod de la poche et jette un oeil à l’écran.

- Worried. C’est une chanson des Birdy.
- C’est cool. N’empêche j’avais raison, tu danses
- Non mais non, je presse le pas pour être plus vite rentré !
- tsk, mon homme danse dans la rue et c’est trognon. Et en plus il en rit !
- C’est pas ca, j’aime bien cette chanson.
- Et tu danses dessus.
- Absolument pas.
- Avec un sourire jusqu’au oreilles.
- Ça ouais, ok.
- Dans la rue.
- Et merde.

Il passe devant le bar du coin, dont le néon violet tout détraqué clignote aléatoirement dans la brume du soir. Trois grosses limousines passent un ralentisseur, l’une derrière l’autre et un peu trop vite. La lumière de leurs phares fait des sauts dans la nuit et dessine de petits carrés bleus sur sa chemise.

dimanche, septembre 27 2009

Thirteen

Fresque du monument soviétique de Treptower Park, Berlin, décembre 2006

Quand j’ai ouvert les yeux, le monde avait changé.
Au milieu du mois d’août, je crois qu’il a neigé.
Il n’y avait plus personne aux terrasses des cafés
Et tous les magasins étaient fermés.
On aurait dit la guerre, ou bien un jour férié
Sans repas de famille et sans électricité.
Il n’y avait rien à faire
Et rien n’a été fait
Il n’y avait rien à faire
Incroyable mais vrai.

J’ignore la date exacte. C’aurait été difficile de toute façon ; tout s’est passé au milieu d’un brouillard indéfinissable. Dès le départ je pouvais dire exactement comment et avec qui ça allait se finir, mais il m’a fallu attendre quelques mois pour oser en parler. Quand l’automne est arrivé, le rideau était déjà tombé. J’ai fêté mon anniversaire dans un village allemand, avec pour seul horizon le mur de ma chambre d’hôtel.

Je me revois ensuite flotter complètement à côté de mes pompes, en plein mois de décembre. M’avalant film sur film sur film au cinéma de Boulogne. Refaisant ma garde-robe et essayant tant bien que mal de garder un semblant d’entrain en société. Et puis je me rappelle de cette soirée à l’assassin, où entouré de trois d’entre elles je me suis senti vraiment bien pour la première fois depuis longtemps.

Il y a eu Noël, au milieu d’une série de fuites en avant. Il y a eu le réveillon, et lui qui m’a sauvé la vie. Et puis il y eu cette inconnue qui m’a remis d’aplomb, un peu. C’était la première que j’embrassais, et c’était doux. C’était la dernière, aussi, mais c’est la vie. A la fin du mois de janvier il a neigé et je buvais du café.

Mars, avril, mai, juin, juillet, août et c’est déjà septembre. Le rideau s’ouvre, et les feuilles tombent.

Quand j’ai ouvert les yeux, le monde avait changé.
Au milieu du mois d’août, zéro degré.
Il y avait un grand feu dans la rue d’à-côté,
Apparemment les gens voulaient se réchauffer.
Penser à autre chose
Parler un peu de tout
Parler un peu c’est bien
Et ça ne gâche rien.

lundi, septembre 21 2009

Unrelated

Wir wollen mehr ferien (nous voulons plus de vacances), Walldorf, Allemagne, septembre 2009

Une rame de métro blindée
Une forte odeur de cannabis en haut des escaliers
Un gars, une fille, bisous je file
Un bar vide, un cuistot barré
Une faim tenace, une foutue soif de vivre
De la musique de l’âge de pierre
Un pub plein de potes et de diagonales perdues
Des noms qui commencent tous en M, mais pas tous en fait
Des chips au vinaigre, des Big Mac façon triple Whopper
De bons conseils, une bière pour faire couler ça
Une autre, une autre, une autre, des sourires, des taxis
Des plans de quartier qui refusent de descendre
Ca va chez vous, trop belle la vie ?
Ben c’est pas la joie, elle dort chez Sophie
Les deux pieds dedans, pas fait exprès
Un type sur le trottoir, qui dégobille
Une porte rose, un code à taper
Toujours le cannabis, dans l’escalier

Un téléphone qui sonne trop tôt
Un marteleur entre les tempes
Des viennoiseries, un Red Bull, puis deux
C’est où déjà ton poissonnier?
Un métro vide, deux digicodes, pas changés
Un gars, une fille, un gars, une fille, des ailes et des p’tits monstres
Un thé, un scalp, un gros bâtard et Shosanna
Sacré bout d’fille, nan tu trouves pas ?
Deux heures d’allemand, c’est où chez toi ?
Un peu plus loin, et dix bouquins, pour presque rien
Un bar, un autre, une piqûre de moustique en pleine rue
De la mangue, de la coco, de la coriandre
Et une bière pour faire couler tout ça,
Lille-Paris sans soucis, mais on dort où le troisième soir ?
Une autre bière et des sourires, des rues qui défilent et des étages
La tour Eiffel, putain, et Montmartre, et le canal, où on se noie
Allez dégage connard, et rabats-toi
Priorité à droite, fille de gauche, la balle au centre
Mais ça seraient pas les voisins qui s’rentrent ?
Qu’il est beau ce chat, viens jouer avec moi,
Sois sympa, mords-moi les doigts

Un téléphone qui sonne encore,
Café, douche, café, télé,
Ségolène chie sur Paris, Paris qui file,
What is it? Easy like Sunday morning,
Des œufs brouillés, un peu comme eux
Un gars, une fille, une fille, un gars, une fille, et moi
Des hiragana, des katakana, et des cookies au chocolat
Une pyramide, pas un compas,
mais bon y’a l’œil alors ça va
Faudrait qu’on y aille, et un coca !
Marchons, marchons, la république attendra
Cannabis, cannabis, chuis au premier
Une grosse valoche, un court weekend
Time of my life, fenêtres ouvertes,
She’s like the wind, pied au plancher, sur les pavés
Overload sous le périph’, y’a plus d’BP
Une sieste pour faire passer
On se voit à sept heures, à huit, après
Un digicode qu’a bien changé
On s’fait des sushis? Allez Ok.
Mais qu’il est bête ce chat,
Lache donc ça, ça s’mange pas
Qui donc que v’là, c’est la smala !
Italien ? Ouais pourquoi pas.
Pizza, carpaccio, antipasti
Plat du soir et plein de truffe noire
Michou, Mike Brant, Eros Ramazzotti
Perdu deux tailles, futal sur les chevilles
Regard torturé, ça la tiraille
Joli tablettes faites au marqueur,
j’resterais bien encore une heure
Bon allez les p’tits gars, je file

Un téléphone, qui ne sonne pas,
Pas fermé l’œil, toujours comme ça
Un café, une douche, un café,
Un verre d’eau, un câlin au chat
Espèce de con tu m’manques déjà
Une ruelle sombre, relents de pisse
Ça sent l’cramé, épave, Renault 10
Et un clodo qui hurle des insanités
Je serre les dents, j’ai l’air féroce
Je fixe mon ombre, personne derrière
Traverse au rouge, dans la nuit jaune
Tape sur une caisse arrêtée au hasard
Sur le passage piéton.

Des poils de chat, des noirs des blancs
Une odeur de clope froide qui s’accroche à mon sac
Une gommette bleue collée à ma veste
Voilà la gare, voilà ma gare
Je saute dans le train, il est à l’heure.
Téléphone, il est sept plombes
Y’a un message sur mon répondeur
Roulé en boule, la gueule en quart
J’ai froid, je tremble, j’veux pas partir
Trente-trois onze, une page se tourne,
Changement de pays, changement de décor
Vendredi, mon patron est mort

vendredi, septembre 11 2009

Koi no Mega Lover

Vigeland Park, Oslo, décembre 2007

Le sauvage est un gentil garçon. Un peu virulent par moment – il mange régulièrement du troll au petit déjeuner – mais fondamentalement attaché à la paix dans le monde. S’il était né très jolie fille, on l’aurait probablement inscrit au concours Miss France, mais voilà il est arrivé au monde dans le corps et avec l’esprit d’un mâle. Pour compenser un peu et essayer de faire en sorte que l’univers soit un peu plus juste, il adhère à des principes féministes et égalitaristes que beaucoup jugent extrêmes.

Ce type de prise de position est toujours un peu délicat à assumer en face d’une troupe de mâles alcoolisés, mais c’est le genre de lutte de tous les instants qui lui plaisent particulièrement ; il ne croit pas aux causes perdues d’avance, et c’est probablement pour ça qu’il défend le logiciel libre avec les ongles et les dents. Bref, tout sauvage qu’il est et malgré la présence d’auvergnats au gouvernement, il croit fondamentalement en l’humain.

Évidemment ca n’est pas sans lui poser de problèmes. Tenez par exemple, en primaire déjà. Ses deux meilleurs amis étaient de vraies têtes brûlées : ils grimpaient aux arbres alors que c’était interdit, avaient une collection de petites voitures impressionnante, et couraient plus vite que lui. Pour le reste des gens cela dit, il était absolument inconcevable que ce soient ses copains : ils s’appelaient Sarah et Esther.

Aujourd’hui, si vous lui demandez de vous parler des gens qu’il a rencontrés le soir précédent, il se souviendra très probablement de leurs goûts musicaux, de la couleur et la longueur de leurs de cheveux, de leur métier, et de leurs chaussures. Il a d’ailleurs une théorie personnelle sur le fétichisme du pied, selon laquelle les grands timides sont plus susceptibles que les autres de tomber dans les affres de cette délicate perversion.

Ce dont il sera parfaitement infoutu en revanche, c’est de vous dire si la fille avec qui il a débattu quatre heures pour savoir lequel de Mercurial ou de git était le mieux foutu fait du 95C ou du 85A (en dessous de ça généralement, elle vous le fait remarquer d’office, histoire de mettre derrière elle ce qu’elle estime lui manquer devant). C’est pas que ça ne l’intéresse pas dans l’absolu, juste que dans le contexte, c’était hors sujet.

Et pourtant hier à une heure trente-sept, en revenant de déjeuner, au lieu de se dire comme tous les jours: “sweet, it’s 1337 o’ clock”, son regard a accroché une paire de fesses rebondies, constaté la présence d’un string plutôt que d’une culotte, remonté le dos jusqu’à la nuque découverte, s’est perdu deux secondes dans l’onde de cheveux remontés en un vague chignon avant de se détourner pour mieux plonger dans un décolleté parsemé de tâches de rousseur.

Soixante secondes plus tard, le gentil garçon a finalement réussi à dompter le sauvage et dirigé ses yeux vers les pieds du décolleté. Talons de quinze centimètres, chaussures noires à semelle rouge. Gnnn. Fixant la moquette tachetée jusqu’à son bureau, il a ensuite descendu un grand verre d’eau fraîche. Au moment de choisir sa playlist, il a cliqué sur la première chose qui lui soit passé par la tête.

Maximum the hormones.

vendredi, septembre 4 2009

Insomniaque

Insomniaque, alcoolique, allumé, Berlin, septembre 2009

Il est deux heures, ou cinq ou huit
Petit matin, après-midi,
Déjà moins dix, un temps pourri
Le ciel dégueule, orage, minuit.
T’entends ce boxon?

Malback, Cognac, sa race, patraque
Le bide en vrac tu vides ton sac
Rue saint Sulpice, le poing levé
Et trop bien élevé-e pour hurler
Tu montes le son.

Tu vois plus rien, foutue chaleur
Tu bois plus rien, p’t’être tout à l’heure
Concentre-toi sur les morceaux
Ceux qui te restent sous la peau
Allez sois pas con.

Café, clope, un p’tit chien noir
Ta gueule défaite dans le miroir
Pas fermé l’œil, ça va se voir
Et faudra t’nir jusqu’à ce soir
Ouais mais bon.

Dormir, jamais, pas qu’ça à faire
Dormir, jamais, mais ouais, t’aimerais
Dormir, jamais, ça sert à rien
Dormir, jamais, dormir, putain
Oui mais non.

(Clin d’oeil à un jeune poète)

jeudi, août 27 2009

Life goes easy on me

Madrid, août 2009

Au milieu de la foule anonyme, il marche en regardant droit devant lui. Le monde est muet, on n’entend que la musique qui rythme ses pas, légèrement trop forte. C’est la fin de l’été, il fait bon dehors et il sourit avec insouciance.

Quelques mètres plus loin, elle marche en regardant droit devant elle, légèrement en décalage avec la musique. Elle porte une jolie robe noire et la brise du soir fait décrire à ses cheveux des chemins improbables autour de ses hanches. Elle sourit, et plus rien n’a d’importance.

Il repense à ce film qui l’a tant marqué.
Elle n’a pas grand chose de Nathalie.
Il ne ressemble pas du tout à Jude.

dimanche, août 16 2009

Think for yourself...

Müggelsee, Berlin, août 2009

Tranquille sur la plage, il fait beau et je bronze en alternant bouquinage et photos. Je fais bien attention de ne pas mettre trop de sable entre l’objectif et le capteur, sans quoi l’image sera pleine de grain. Je prend encore plus soin du bouquin – c’est pas le mien. Le ciel est d’un bleu incroyable, la lumière qui tombe sur les lieux est un peu magique.

L’oeil dans le viseur, ma vision se trouble. Une masse s’est déplacée juste dans mon champ, et semble s’être arrêtée. Je bougonne et lève le nez ; il y a un type à vingt centimètres de mon objectif, l’air allemand et pas content.

- Eh toi, qu’est-ce que tu photographies comme ça ?

Je suis peut-être nul en teuton, mais si mes années au Kremlin-Bicêtre m’ont appris une chose c’est à reconnaître les racailles qui cherchent la merde. Je passe en mode sourire désarmant de naïveté. Surtout, surtout, ne pas lui donner l’impression à un quelconque moment que je comprends quoi que ce soit de ce qu’il raconte.

- Sorry?

Ça lui coupe un peu l’herbe sous le pied, mais je sens bien que ça n’est pas gagné. Il est tout seul, pas bien grand, j’enclenche la deuxième vague.

- Je ne parle pas allemand, je peux vous aider ?
- (en allemand) Qu’est-ce que tu prends en photo, hein ? Qu’est-ce que tu prends en photo ? Arrête de prendre des photos t’entends ? What you fotografiert?

Je me retiens in-extrémis de lui répondre que là, je vais prendre son gros cul en photo s’il ne bouge pas.

- La plage, mon grand, je prends la plage en photo. Quoi d’autre ? C’est beau la plage, regarde toutes ces couleurs. Pourquoi, il y a un problème ?

Sa tête vient de passer du rouge au pourpre, et il se met à crier. “Arrête de prendre des photos, t’as pas le droit, Arrête de prendre des photos maintenant ok ?!”. Il tape mon objectif du plat de la main, et je lâche l’air naïf pour un regard noir.

- Woah, keep it easy man! C’est mon appareil que tu viens de toucher là connard. Je ne fais rien de mal, je prends juste des photos. C’est pas un crime, et t’es pas dessus, lâche-moi maintenant, ok ?

Il fait demi tour, sa copine l’interroge du regard. Si j’étais parfaitement rationnel, je rangerais mon appareil et on n’en parlerait plus, mais je suis énervé et bien décidé à ne pas me laisser marcher dessus. Le vent se lève, et le bateau gonflable à côté de moi décolle.

Le voilà qui revient à la charge. Il est accompagné d’un type avec un polo aux couleurs du bar de la plage. Zen, je reprends ma tête de gentil paumé pendant qu’il m’explique que je ne peux pas prendre de photos ici, sauf si j’ai une carte officielle de photographe, un mandat de l’administration ou si je suis journaliste. Tout sourire, je lui réponds en anglais que je ne comprends pas. Il me demande quelle est ma profession.

- Écoutez, je ne fais que prendre des photos, si vous voulez les regarder il n’y a aucun problème, vous verrez, je ne suis pas un pervers. Tenez, jetez un œil…

Je tourne mon écran vers eux, leur montre le bateau volant. Ça n’a pas l’air de les émouvoir beaucoup. Le barman me ré-explique que c’est illégal, que je ne peux pas prendre les gens en photo comme ça sans leur consentement. Je ne suis pas censé comprendre, je ne peux donc pas répliquer qu’on est sur un lieu public, qu’à partir du moment où je fais des plans larges c’est pas son affaire, et qu’en plus de ça je me casse la tête pour faire des cadrages avec les gens à contre-jour ou de dos pour éviter tout problème. Je fulmine intérieurement. Mais il fait beau, j’ai envie de lire et de bronzer un peu, et plutôt que d’envenimer le débat et de rameuter la plage tout entière, je tempère.

- Ok listen, regardez autour de vous, tout le monde a un appareil photo là. Alors je vais ranger le mien ; je vois bien qu’il est un peu trop visible pour vous. Mais quand même, je suis sincère : je n’envahis la vie privée de personne et je ne viole aucune loi.

Je range mon appareil, ils semblent satisfaits et s’en vont. Je mets mon casque rageusement et j’attrape mon bouquin. La chanson commence, et je glousse ; mon iPod m’envoie un message.

Think for yourself
Question authority

Throughout human history, as our species has faced the frightening, terrorizing fact that we do not know who we are, or where we are going in this ocean of chaos, it has been the authorities, the political, the religious, the educational authorities who attempted to comfort us by giving us order, rules, regulations, informing, forming in our minds their view of reality. To think for yourself you must question authority and learn how to put yourself in a state of vulnerable, open-mindedness; chaotic, confused, vulnerability to inform yourself.

Think for yourself.
Question authority.

Quatorze minutes et cinq secondes plus tard, je change ma serviette de place et je dégaine le réflex à nouveau. Cette fois-ci, je vise sous la ceinture. Fallait pas me faire chier.

jeudi, août 13 2009

Marée montante

Gare de l'Est, Paris, août 2009

Je ne tourne pas rond. Ça fait cinq minutes que je regarde le carrelage de la douche en marmonnant. “Putain, putain, putain, putain, arrête, putain, arrête, putain, putain, putain, arrête, déscotche…”. Je monte la température, l’eau me brûle la nuque, faut que je sorte m’aérer la tête.

Attends tu peux pas sortir comme ça, t’as vu ta tronche ? Coiffe-toi, passe une chemise assortie, mets un peu de parfum, tu ressembles à rien, que vont penser les gens ?

Mais attends je m’en fous bordel de ce qu’ils vont penser, de toutes façons même si j’étais dans leur tête je ne comprendrais pas un traitre mot. Je vais aller courir avec mon vieux futal orange délavé et tant pis si ça leur pique les yeux. Au pire je leur dirai “l’ecchymose du lobe frontal meurtrit l’apoplexie et pourrit les synapses jaunes du crétacé à poil long” quand ils me feront une réflexion, ça devrait les arrêter net.

Non mais si tu croises un collègue ? Si on t’appelle à l’improviste pour boire un verre ? Tu peux pas sortir comme ca. En plus t’as pas fait le tour du problème, c’est pas très rationnel ta façon de réagir.

Parlons-en tiens, de rationnel. C’est rationnel de mettre le bonheur des autres devant le sien peut-être ? C’est rationnel de tout intérioriser au point de t’en coller des crampes au bide ? C’est rationnel de ne pas arriver à dire merde et claquer deux trois portes au nez ? Et puis des gens qui m’appellent à l’improviste, ça n’arrive pas ici. Ça fait trois ans que je l’espère ce coup de fil, ça n’arrivera pas. Non il est temps de tout envoyer chier un peu.

Tu sais bien que ca n’est pas possible, allez. Reste pragmatique, c’est ce qui fait que tu es qui tu es. T’as déjà essayé l’égoïsme, y’a dix ans, et tu t’en veux encore. Tu ne peux pas aller contre ton identité propre. Essaie juste de comprendre ce qui se passe, pourquoi tu pars en couille. Mets-toi un peu de métal si ça aide, mais concentre toi.

Mais putain tu crois que j’ai pas essayé déjà de me concentrer ? Même bourré j’y arrive plus. Pendant quasiment trente ans j’ai pu m’endormir debout sous une enceinte crachant 120 décibels, mais là j’arrive même plus à dormir quatre heures d’affilée dans un caisson isolé. Il est temps, je te dis, plus que temps de changer un truc.

Allez sois pas idiot, tu sais très bien ce qui se passe et c’est humain, Mais vois le bon côté des choses, t’as un boulot bien payé en pleine crise, un appartement génial pour pas cher, t’as vraiment pas de quoi te plaindre. Il y a une explication simple et logique à tous tes problèmes, réfléchis

Il y a une tache sur ce miroir. Une tache. Ça m’agace. Une tache. tache. Putain, déscotche bordel, ça n’est qu’une tache. Stop, putain, putain, arrête, arrête, arrête putain, arrête, déscotche putain putain putain.

Stop.

dimanche, août 9 2009

Histoires d'eau


La scène se déroule à Berlin, dans la maison du sauvage. Il fait très chaud, rendant tout contact avec le faux cuir d’une chaise de bureau parfaitement insupportable. Sauvage est en boxer et en sueur ; il souffle une fois de plus dans les tubes de communication électronique.

Sauvage — Mmpppfff, j’ai envie d’aller à la plage. Plââââââge. plage plage plage plage plage. De l’eau, du sable et un beau bronzage pour le sauvage.
Nietzsche — Le désir est signe de guérison ou d’amélioration. Vivre de telle sorte qu’il te faille désirer revivre, c’est là ton devoir.
Sauvage — C’est bien beau tout ça, mais ca ne me dit pas quand je vais me baigner. Dites les amis, ça vous intéresse ? Vous êtes dispos quand ? Je peux débarquer chez vous, jouer avec votre chat, boire toutes vos bières et manger vos glaces ? Promis j’arroserai les plantes vertes en échange.

***

Sauvage laisse Friedrich monologuer et se téléporte dans un bar irlandais. Tout le monde parle très fort, et le barman explique que le saucisson sec est bien meilleur quand il est arrosé de jus de citron vert. Sauvage est en costume et traîne une grosse valise, un sac à dos, un ordinateur portable et un début de rhume.

Dompteuse de Dragons — Hééééé, t’es là ! Tiens, voilà les clés. Ah et tu connais tout le monde dans le bar, je crois ?
Sauvage — Chuut, je suis ici incognito. Je vais aller me changer et je reviens d’accord ? (un aller-retour en taxi plus tard) Tadaaaaa!
Grande Schtroumphette — Sauvaaaaaage ! T’es arrivé ! On boit un coup ? Pendant ce temps là je te brieferai sur les vannes allemandes, y’a article fascinant dans le supplément rire de Courrier International.
Sauvage — Ils ont dû confondre, les allemands n’ont pas d’humour. Leur truc c’est les voitures plutôt.
Grande Schtroumphette — Nan regarde, les anglais disent que Helmut Vögelsteinstoß est l’homme le plus drôle depuis Hitler

***

Le bar s’efface et laisse place à l’intérieur d’une twingo vibrillonante de mille éclairs, lancée à cent-vingt-neuf kilomètres à l’heure. Sauvage, Miss Bigouden et Grande Schroumphette rejouent une scène culte de Wayne’s World.

Sauvage — Il faut que je vous avoue, je ne connais pas Supertramp
Grande Schtroumphette — Naaaan, impossible ! Tiens ben j’ai un best of là, écoute et instruis-toi
Sauvage(chante à tue-tête sur toutes les chansons)

***

Trouville. Les mouettes crient, probablement effrayées par le soleil qui joue à chat avec les nuages.

Grande Schtroumphette — On est à la plage, il faut manger des crêpes ! C’est la règle.
Miss Bigouden — Mais on est en Normandie, c’est breton les crêpes !
Sauvage - En même temps j’aime autant ça que de me taper un claquot en plein cagnard. Bon mais si on se faisait une cassolette de noix de saint Jacques plutôt ?
Grande Schtroumphette(imperturbable) je suis désolée mais à la plage on mange des crêpes. Au fait, il faudra aussi faire une photo de notre ombre.
Sauvage(taquin) Il est midi, autant photographier nos pieds
Grande Schtroumphette — non mais plus tard, banane !

***

Sauvage(s’ébrouant) Elle est trop bonne, vous devriez venir vous baigner !
Grande Schtroumphette — T’es fou elle est gelée. T’as du sang breton toi, hein, avoue ?
Miss Bigouden — Désolée mais je ne vois pas le rapport.

***

Un couple s’enlace au pied d’un phare. Le garçon embrasse la fille avec passion, les yeux fermés. Elle se met à taper un texto.

Miss Bigouden — C’est vachement beau la Sicile en fait.
Sauvage(concentré, l’œil collé au viseur de son réflex) Ah ouais ? Pourtant ca n’a Palerme comme ca.
Grande Schtroumphette — Tu photographies son orteil ou ma Converse là ?

***

Miss Bigouden et Grande Schtroumphette émergent d’une sieste de 3 heures, avec chacune un coup de soleil sur la cuisse.

Sauvage — Bien dormi ? Bon vous venez, on va prendre des photos cool, y’a du soleil et des flaques d’eau ça va être génial
Miss Bigouden, Grande Schtroumphette(en chœur) Sauvage, t’es hyperactif à la plage !

***

Nietzsche(étouffé, la communication depuis Berlin étant mauvaise) Il suffit de forger des noms nouveaux, de nouvelles appréciations et de nouvelles probabilités pour créer à la longue aussi des “choses” nouvelles.
Sauvage — En attendant j’ai passé un super weekend. Et encore, je t’ai pas parlé de ma course-poursuite en pleine nuit avec un livreur de pizzas, du brunch du lendemain avec Jolie Baleine, et de l’échouage subséquent sur les quais de la Seine.
Nietzsche — La mère de la débauche n’est pas la joie mais l’absence de joie.
Sauvage — Oh ta gueule à la fin, si tu continues je te raconte les dix dernières minutes de Blade.

mardi, juillet 21 2009

A day that I'll never miss

Rheinfelden - Herten, Allemagne, juil. 2009

Evidemment, il y a les bons côtés.

Il y a ces courts instants de magie où on se dit qu’on pourrait difficilement rêver mieux. Ces matins éthérés après une nuit blanche passée à papoter, virtuellement ou non, mais souvent saoul. Où ces soirées euphoriques, musique à fond, en random sur tous les morceaux les plus improbables de la playlist.

Il y a ces après-midi aussi, en mode comédie romantique, avachi sur le canapé, avec un plat de pâtes au fromage, un pot de Macadamia Nut & Cookies et le DVD de Fast and Furious pour plus tard.

Et puis ces weekends précieux où on saute dans un avion sur un coup de tête, juste pour se faire plaisir.

Mais quand même, en moyenne, en médiane ou en dérivée, ca fait un peu chier la vie tout seul.

lundi, juillet 6 2009

Coup de pression

Londres, Avr. 2009

Il est 7 heures et la salle d’embarquement est pleine. La foule se déplace subtilement vers la porte tout en écoutant distraitement l’hôtesse de la compagnie aérienne. Annonce importante : problèmes techniques … indépendants de la volonté de … – long soupir d’agacement général et quatre heures dans la vue. On gagne un café gratuit, mais on a intérêt à le boire lentement et l’aimer froid et dilué. Et tant pis si on avait prévu de prendre un English Breakfast avec les potes en arrivant.

Cinq heures plus tard, Gatwick Express vers Victoria. Un couple explique au petit dernier que les maisons là ben c’est typique anglais. Qu’il n’en verra jamais comme ça à Marseille. Ni en France. Ou alors peut-être en Alsace. Un SMS m’annonce qu’on viendra me chercher à la gare, puis qu’on ira acheter des huitres, bien que juin ne soit pas un mois en r. Font rien comme nous ces Anglais.

Le train arrive finalement et on n’est pas vraiment en avance sur le planning. On prend donc une bière pour oublier ça, puis un bus. On mate les maillots de bain au passage, parce que c’est important et qu’en plus ils sont rouges. Par miracle, le musée vers lequel on se dirige est toujours ouvert quand on arrive. Sous un panneau géant annonçant “Free admission”, et à côté d’une affichette déclarant “Pay £3 here”, on nous réclame £11. On cède joyeusement à cet accès de grand banditisme doublé de mauvaise foi, mais on se demande un peu plus loin – notamment devant une commode en argent massif incrustée de jade – si on ne pourrait pas rapporter quelques souvenirs.

La décence m’oblige ici à taire les événements qui ont ensuite lieu chez Harrod’s. Sachez tout de même que malgré nos efforts répétés, aucun hélicoptère téléguidé n’a été détruit. Et que de l’éléphant et du zèbre, on ne sait plus bien qui a gagné. Pas Lady Di en tous cas, vu l’horrible shrine (rien à voir avec Tokio Hotel) qu’on lui a dédié.

Mais accélérons un peu, voulez-vous ? 4 pantalons, 3 English breakfast, deux musées et une gueule de bois plus tard… non ça va trop vite, bougez pas, où j’en étais…

Ah oui. C’est le matin, et on fait le pied de grue devant un resto. On crève la dalle alors que des assiettes remplies de bacon, d’oeufs brouillés, de tartines de pain beurré et de beans nous passent sous le nez. C’est probablement là qu’on se fait la réflexion que le Nord et l’Est, c’est pas tout à fait pareil quand même. Ce à quoi l’un de nous répond que bon, ça dépend où t’es situé quoi. On hésite entre l’envoyer petit-déjeuner au pôle nord ou le forcer à nettoyer un appartement entier à l’aspirateur de table (non ami lecteur, il n’y a aucune espèce de private joke sur ce blog. Jamais. C’est pas le genre de la maison).

Finalement repus, notre meute se déplace vers l’écluse de Camden (si vous vous demandiez ce que ‘lock’ voulait dire, maintenant vous savez) (et vous pourrez désormais vous foutre de la gueule de votre pote rasta) (je prévois de longues heures de fou-rire rien que d’y penser). En chemin, quelqu’un fait remarquer qu’il y a des airbags dans les couloirs du London Tube. Vu la foule aux heures de pointe, ça a du sens. Mais vu la fiabilité dudit Tube, ça pourrait aussi bien être des roues de secours.

Plus tard, on règle nos montres sur le méridien de Greenwich (oui oui, /sur/ le méridien) (le seul endroit de Londres où on ne parle pas un mot d’anglais, d’ailleurs) (mais bon, fermons les yeux là-dessus, il sera toujours temps de les rouvrir plus tard). Evénement unique depuis la débâcle d’Henri III à Saintes, il faisait beau ce jour là et on a pris un pousse-couillon sur la Tamise pour se rendre à la Tate Britain.

Et c’est là que je dois arrêter mon récit, cher auditoire. C’est pas que le barbecue dans le jardin ait été désagréable hein. Ni le shopping dans les rues Londoniennes pendant les soldes. Non c’est pas ça.

C’est juste que je ne m’en rappelle pas bien. Trop d’ivresse et de bons moments, pas assez de pages sur mon carnet. Heureusement mon avion au retour était en retard. Ca m’a donné le temps de désaouler avant de rentrer à Berlin.

Veuillez attacher vos ceintures pendant que nous amorçons la descente…

dimanche, juin 14 2009

Travaillons du chapeau

- Je vais essayer une pétasse blonde, s’il vous plaît.
- Ah désolé on n’en a plus. On n’a plus non plus de P’tite cochonne ambrée.
- Il vous reste quoi de local ?
- On a une très bonne bière de l’Abbaye.

***

- Mon dieu, je viens de lire “orgasme” sur ce papier peint…
- Ton inconscient te joue des tours, moi le premier mot que je lis c’est…
- C’est ?
- “orgasme”.

***

- Oh, t’as rapporté de l’alcool de pneu d’ex-URSS, comme c’est attentionné !
- Attends, j’allais pas acheter de la Grey Goose pour faire des cocktails…
- Et du coup t’as pris de la Poliakov. Y’a un juste milieu peut-être ?
- Sans doute, mais faudra faire avec. Ça et trois litres de Red Bull.
- Juste milieu… ste milieu… lieu… eu…
- Écoute, à nous deux on a dormi quoi ? 5 heures en cumulé sur les dernières 24 heures ? De l’energy drink, c’est exactement ce qu’il nous faut.
- Tu me sers du Boulaouane ?

***

- J’ai rencontré un flic grimpeur qui m’a fait du gringue
- Il lui a fait du grain ?
- Du gringue
- Et du coup elle nous a fait un tajine de poulet avec de la graine
- Tout s’explique

***

- Faut toujours que je rajoute mon grain de sel
- C’est ton côté gringalet
- …et un poil grain d’gueule
- Bon pendant ce temps là les minutes s’égrènent et on a faim
- Te voilà philosophe. Ça me donne du grain à moudre.
- Hé les blagueurs, ça vous dit du pain aux céréales ou vous préférez du standard ?
- Nan te casse pas la tête, du standard ça ira
- Oh tu faiblis, t’as raté le pain aux graines
- Ouais, je pédale un peu dans la semoule. On s’écoute un peu de grain d’core ?

***

- Le chat t’a réveillé ?
- Nan, j’ai pas fermé l’œil. Il reste du Red Bull ?
- Je ne crois pas. Je vais faire du café et je file au sport.
- T’as une compétition de lancer de brosse à cheveux ?
- Voilà, t’as tout compris.
- Nan sérieux, pourquoi tu prends ton complet de toilette ?
- Parce que généralement après le sport, on se douche.
- Oh.
- T’es vif ce matin.
- Ben généralement après une cuite, je dors.

***

- Les MMO c’est le mal incarné. Une fois, sa fille est venue à la maison, et il jouait à Pirates of the burning sea. Il ne s’est même pas levé pour lui dire bonjour.
- Hein ? N’importe quoi, c’est absolument faux !
- Tu vois, il était tellement pris qu’il ne s’en rappelle même plus…
- Non mais c’est pas ça, je m’en souviens très bien mais je jouais à Civilization. Faut pas tout confondre.

***

- Elle vient d’appeler, elles seront en avance finalement, elles arriveront vers 20h.
- Sauf qu’il est 20h20, déjà.

***

- Disons qu’on commence par Bangkok, ensuite on profite qu’on n’est pas trop loin pour aller à Ayuthaya et Lopburi. Après hop, on peut faire un tour du côté Chiang Mai, et de la on peut imaginer se promener vers Chom Thong, Chiang Dao, limite Chiang Rai, Chiang Saen, et Wiang Chai. J’irais bien sur une île aussi, genre Ko Chang, ou Ko Kut. Éventuellement Kaôh Kong ou Kaôh Rung…
- Vous avez fait votre choix ?
- Oui, je prendrai une double aspirine et une carte de Thailande s’il vous plait
- Ajoutez un triple Red Bull. Sec, sans vodka.

***

- Hé Hé, et tu te souviens quand euh, c’est quoi déjà son nom, il avait mangé la feuille de pandanus avec.
- (s’étrangle)
- Ah ouiiiii, le pauvre on s’était trop foutu de sa gueule tout le voyage avec ça. Au fait, on n’avait pas pris deux Gai Ho Bai Toey ?
- Nooooon, je ne crois pas. Et c’est toxique sinon, comme feuille ?

***

- Mais tu faisais pas de la sécurité avant toi ?
- Si, quand j’étais dans le sud. Maintenant je fais du dev.
- T’en as eu marre ?
- Nan, j’avais une vie de rêve, mais je pouvais plus blairer mon boss.
- Bon enfin j’imagine que t’as retrouvé plein de trucs cools en revenant à Paris du coup.
- Non.
- Y’a rien qui te manquait et que t’es content d’avoir retrouvé, sérieux ?
- Attends si. La tour Eiffel.

***

- Bonjour monsieur, avez-vous un appareil photo numérique, un téléphone mobile, un disque dur portatif ou un ordinateur portable dans votre bagage à main ?
- Vous avez tout bon. Ah nan attendez, j’ai deux téléphones.
- Oh. Excusez-moi mais exceptionnellement il faudra tous les sortir en ma présence.
- Pas de soucis.
- Vous avez des liquides ?
- Non.
- Une bouteille d’eau ?
- Ca compte comme liquide l’eau, non ?
- Pas de gel douche, de shampoing ?
- Non plus, c’est en soute.
- De la mousse à raser ?
- Vraiment pas.
- Du chocolat ?
- …