Tout le monde savait

Le fait même de dire aujourd’hui « tout le monde savait », ça renforce les mécanismes de silence finalement.
Pourquoi est-ce aux victimes, aux personnes qui ont été les plus touchées, qui sont traumatisées, de parler ?
Si tout le monde savait, il y aurait dû y avoir des personnes assez courageuses pour réaliser, des personnes qui auraient dû se détacher aussi de leur intérêt financier, de leur intérêt professionnel.
« Tout le monde savait », finalement c’est une violence supplémentaire pour toutes les victimes et les potentielles victimes. Parce que si tout le monde sait, ça veut dire que tout le monde fait le choix de vous murer dans le silence et dans la violence.

Raphaëlle Rémy-Leleu, interrogée par Hélène Roussel dans le 5/7 de France Inter au sujet de l’affaire Weinstein

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.